Dentistes


QUAND RÉFÉRER

Dès l’âge de 7 à 8 ans, un enfant qui présente un des signes suivants peut être vu en consultation orthodontique afin d’établir un diagnostic et proposer un traitement interceptif de phase I le cas échéant. Il est toujours souhaitable que le patient présente les 8 incisives et les premières molaires permanentes afin de maximiser l’intervention thérapeutique à cet âge.

ARTICULÉ CROISÉ ANTÉRIEUR impliquant une ou plusieurs incisives permanentes.

ARTICULÉ CROISÉ POSTÉRIEUR (unilatéral ou bilatéral) impliquant la dentition permanente, comme par exemple les dents #26/36, causant un glissement fonctionnel du côté affecté lors du mouvement de fermeture. Une correction à l’aide d’un appareil d’expansion palatine est alors proposée.

 

ÉRUPTION ECTOPIQUE d’une incisive permanente qui nuit à l’éruption des dents adjacentes ou antagonistes.

 

ÉRUPTION ECTOPIQUE d’une molaire supérieure; la dent #16 ou la dent 26 bloquée dans sa descente en raison de sa position mésio-angulée contre la deuxième molaire primaire (#55 ou 65).

 

INCISIVES PERMANENTES SUPÉRIEURES PROCLINÉES, la position typique des antérieures supérieures dans les cas de Classe II Div 1. Cette condition inesthétique peut entrainer un complexe chez l’enfant et/ou faciliter les fractures coronaires en raison de leur position inadéquate. Un traitement interceptif à l’aide d’un appareil amovible sera proposé.

 

HABITUDE ORALE (suçage de pouce); les habitudes orales devraient être corrigées dès l’apparition des incisives supérieures.

 

BÉANCE OCCLUSALE ANTÉRIEURE d’origine squelettique ou fonctionnelle (propulsion linguale). Cette condition doit être évaluée dès l’âge de 7 à 8 ans et le patient référé; au besoin, chez l’orthophoniste.

 

PERTE PRÉMATURÉE D’UNE DEUXIÈME MOLAIRE PRIMAIRE (#55, 65, 75 ou 85); Lorsque que cette situation se présente la mise en place d’un mainteneur d’espace (arc lingual ou nance) est fortement suggérée.

 

MALOCCLUSION DE TYPE CLASSE III; Chez l’enfant de moins de 10 ans, cette condition nécessite une correction à l’aide d’un masque de protraction (face mask) et d’un appareil d’expansion.

TOUTE CONDITION POUVANT NUIRE AU DÉVELOPPEMENT DENTAIRE ET SQUELETTIQUE DOIT ÊTRE ÉVALUÉE ET CORRIGÉE SI LA SITUATION L’EXIGE.

N.B : L’ablation des canines primaires (#53, 63, 73 et 83) est parfois, voir souvent, recommandée afin de palier au manque d’espace lors de l’éruption des incisives latérales permanentes. Cliniquement, le fait d’extraire ces canines primaires ne cause pas de préjudice au patient à long terme, mais aide grandement à l’alignement des incisives permanentes. Avisez bien les parents que le manque d’espace observé ne sera pas solutionné définitivement par l’ablation des canines mais ne fait que reporter une intervention orthodontique (Phase II) probable à plus tard.

INCONFORTS ET DÉSAGRÉMENTS

LA DOULEUR DENTAIRE
Tout appareil qui exerce une force sur les dents est susceptible de causer une sensibilité. Des comprimés d’Advil® ou de Motrin® suffisent généralement à calmer cet épisode de douleur. Par contre, si celle-ci persiste (plus d’une semaine), il est important que le patient nous contacte; il est possible que certaines personnes aient besoin d’une prescription pour des analgésiques plus puissants.

L’IRRITATION
Les attaches, les bagues et les fils orthodontiques peuvent causer des irritations et des ulcères durant le traitement. Afin de les soulager, la cire orthodontique ou des rouleaux de coton peuvent être utilisés. Une pommade analgésique peut aussi être prescrite en cas de récidive chronique.

FIL TROP LONG
Si le bout du fil orthodontique est trop long ou s’il dépasse du dernier boîtier, il peut blesser la joue ou la gencive. Il est possible de couper le fil à votre clinique à l’aide d’une pince (cutter) ou en utilisant une turbine et une fraise ronde. Pour quelques jours, vous pouvez aussi suggérer au patient de mettre une boule de cire au bout du fil.

BOÎTIER ET BAGUE DÉCOLLÉ, LIGATURE, CHAINE ÉLASTIQUE, CROCHET OU FIL BRISÉ
Dans le cas où vous remarquez un élément brisé ou décollé, l’idéal est de suggérer au patient de nous contacter rapidement.

FIN LINGUAL DÉCOLLÉ
Un fil lingual décollé doit être réparé ou remplacé. Nous garantissons les fils linguaux pour une période d’un an à partir de la date où nous avons retiré les appareils du patient. Au-delà de cette période, des frais seront chargés au patient pour la réparation ou la fabrication d’un nouveau fil lingual ou tout autre appareil de rétention.

APPAREIL DE RÉTENTION BRISÉ
Les orthodontistes sont d’avis que le port d’appareils de rétention doit se prolonger indéfiniment (soit aussi longtemps que l’on désire conserver les dents droites). Durant la première année suivant la fin du traitement, l’appareil de rétention doit être porté selon les instructions fournies. Après cette période, l’appareil doit être porté un minimum de 2 à 3 nuits par semaine, et ce, indéfiniment. Il est important de faire réparer ou de remplacer un appareil brisé ou perdu.

DENTS DE SAGESSE
Plusieurs patients se montrent inquiets quant à l’éruption de leurs dents de sagesse suite à un traitement orthodontique. Aucune étude n’est à ce jour parvenue à prouver le lien entre le déplacement ou le chevauchement des dents et l’éruption des dents de sagesse. Nous laissons le dentiste juger de la pertinence de conserver ou d’extraire ces dents. De façon générale, plus le patient est jeune, plus il est suggéré de les faire extraire.